Prier avec les Saintes du Carmel

Thérèse de l’Enfant Jésus Poésie 5

  1. Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère
Ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit
Tu le sais, ô mon Dieu ! pour t’aimer sur la terre Je n’ai rien qu’aujourd’hui !…  

2. Oh ! je t’aime, Jésus ! vers toi mon âme aspire
Pour un jour seulement reste mon doux appui.
Viens régner dans mon coeur, donne-moi ton sourire
Rien que pour aujourd’hui !  

3. Que m’importe, Seigneur, si l’avenir est sombre ?
Te prier pour demain, oh non, je ne le puis !…
Conserve mon coeur pur, couvre-moi de ton ombre Rien que pour aujourd’hui.  

4. Si je songe à demain, je crains mon inconstance
Je sens naître en mon coeur la tristesse et l’ennui.
Mais je veux bien, mon Dieu, l’épreuve, la souffrance
Rien que pour aujourd’hui.  

5. Je dois te voir bientôt sur la rive éternelle
O Pilote Divin ! dont la main me conduit.
Sur les flots orageux guide en paix ma nacelle
Rien que pour aujourd’hui.  

6. Ah ! laisse-moi, Seigneur, me cacher en ta Face.
Là je n’entendrai plus du monde le vain bruit
Donne-moi ton amour, conserve-moi ta grâce
Rien que pour aujourd’hui.  

7. Près de ton Coeur divin, j’oublie tout ce qui passe
Je ne redoute plus les craintes de la nuit
Ah ! donne-moi, Jésus, dans ce Coeur une place
Rien que pour aujourd’hui  

8. Pain Vivant, Pain du Ciel, divine Eucharistie
O Mystère sacré ! que l’Amour a produit….
Viens habiter mon coeur, Jésus, ma blanche Hostie
Rien que pour aujourd’hui.  

9. Daigne m’unir à toi, Vigne Sainte et sacrée
Et mon faible rameau te donnera son fruit
Et je pourrai t’offrir une grappe dorée Seigneur,
dès aujourd’hui.  

10. Cette grappe d’amour, dont les grains sont des âmes
Je n’ai pour la former que ce jour qui s’enfuit
Ah ! donne-moi, Jésus, d’un Apôtre les flammes
Rien que pour aujourd’hui.  

11. O Vierge Immaculée !
C’est toi ma Douce Etoile
Qui me donnes Jésus et qui m’unis à Lui O Mère !
laisse-moi reposer sous ton voile
Rien que pour aujourd’hui.  

12. Mon Saint Ange gardien, couvre-moi de ton aile
Eclaire de tes feux la route que je suis
Viens diriger mes pas… aide-moi, je t’appelle
Rien que pour aujourd’hui.  

13.Seigneur, je veux te voir, sans voile, sans nuage,
Mais encore exilée, loin de toi, je languis
Qu’il ne me soit caché, ton aimable visage
Rien que pour aujourd’hui.  

14. Je volerai bientôt, pour dire tes louanges
Quand le jour sans couchant sur mon âme aura lui
Alors je chanterai sur la lyre des Anges
L’Eternel Aujourd’hui !…

Thérèse d’Avila Le Chemin de perfection XXVI, 3a, 5

Je ne suis pas en train de vous demander de penser à lui, ni de tirer de votre esprit quantité de grandes idées subtiles. Non, je ne vous demande que de le regarder. Car, enfin, qui vous empêche de tourner votre cœur vers ce Seigneur, ne serait-ce qu’un instant, si vous ne pouvez faire davantage ? Songez, comme il le dit à l’Épouse, qu’il n’attend rien d’autre, que nous le regardions. Et à la mesure de votre désir, vous le trouverez. Il tient tellement à ce regard qu’il fera ce qu’il faut pour nous y aider.

Vous êtes joyeuse ? Regardez-le, ressuscité : rien qu’à l’imaginer sortant du tombeau, vous serez dans l’allégresse. Quelle clarté ! Quelle beauté ! Quelle prestance ! Comme il est victorieux ! Et joyeux ! Il sort de la bataille où il a gagné un immense Royaume qu’il veut vous offrir tout entier, de même que c’est tout entier qu’il se donne à vous. Est-ce donc trop pour vous de lever parfois les yeux vers celui qui vous donne tant ?

Vous êtes dans l’épreuve, la tristesse ? Regardez-le marchant vers le jardin des Oliviers : quelle immense tristesse dans son âme ! Il le dit et s’en plaint, lui qui était l’endurance même ! ou bien regardez-le, attaché à la colonne, écrasé de douleurs, tout son corps en lambeaux tant est grand son amour pour vous ; tellement souffrant, persécuté par les uns, couvert de crachats par les autres, renié par ses amis, sans qu’aucun prenne sa défense, grelottant de froid, si seul que vous pouvez vous consoler l’un l’autre. Regardez-le chargé de la Croix, sans même pouvoir reprendre souffle. Il tournera vers vous ses yeux si beaux, si compatissants, remplis de larmes, et oubliera ses souffrances pour consoler les vôtres. Et cela, uniquement parce que vous venez chercher votre consolation près de lui et tournez la tête pour le regarder.